BULLETIN DE L’HÔPITAL LACOR – PRINTEMPS 2017

Chers lecteurs,

L’année 2017 a débuté du bon pied, et nous espérons qu’elle continuera d’être bonne pour nous tous. Comme vous, nous accueillons le retour du printemps avec beaucoup d’enthousiasme.

Dans le nord de l’Ouganda, où se trouve l’Hôpital Lacor, les saisons des pluies et sèches s’alternent (il fait en moyenne 26°C toute l’année !). Au Canada, nous sommes confrontés à des épidémies de grippe et de gastroentérite virales à l’automne et à l’hiver; en Ouganda, la saison des pluies apporte plutôt des épidémies de paludisme ou de choléra. La différence la plus frappante – et déplorable – entre ces maladies saisonnières est que le paludisme est évitable et, surtout, guérissable. Toutefois, en raison de la pauvreté et du manque de mesures préventives et d’accès rapide aux traitements, le paludisme est la principale cause de décès et d’invalidité dans la région, particulièrement pour la population la plus à risque : les enfants et les femmes enceintes.

L’Hôpital Lacor travaille très fort pour traiter le paludisme. À la Fondation, nous mettons tout en oeuvre pour soutenir au mieux de nos capacités l’Hôpital Lacor et ses employés, envers qui nous vouons une grande admiration.

La campagne Faites partie de l’Histoire nous permet d’unir nos efforts avec tous ceux qui soutiennent les actions du Lacor. Les 10 chapitres de la campagne traduisent les besoins réels de l’Hôpital Lacor en des termes simplifiés. Il nous fait plaisir, dans cette édition du bulletin, de vous présenter quelques chapitres de la campagne, accompagnés d’un récit sur un patient ou un employé de l’hôpital. En dernière page du bulletin, se trouve un résumé des activités de l’hôpital pour 2016.

Bonne lecture,

L’équipe de la Fondation Teasdale-Corti


CHAPITRE MÈRES ET ENFANTS

Les fonds versés à ce chapitre subventionnent les frais associés aux soins médicaux pour toutes les grossesses, aux soins prénatals et postnatals, ainsi qu’aux soins prodigués aux bébés et aux enfants.

Salomon est venu pour la première fois à l’Hôpital Lacor en 2014, alors qu’il avait six ans, pour traiter un cancer qui envahissait son corps. Peu de temps après son admission, les médecins ont découvert que Salomon était aussi porteur du VIH. De plus, la tumeur de Salomon, un sarcome, s’était déjà propagée à d’autres organes, dont la paroi thoracique et les ganglions lymphatiques cervicaux. Il souffrait de diarrhée chronique et était si malade que les médecins ne savaient pas s’il survivrait; mais il a survécu. Dès son arrivée à l’hôpital, les médecins lui ont administré de la chimiothérapie. Avec le temps, toutes ses tumeurs ont disparu, et il a graduellement retrouvé la santé. Salomon s’est bien remis du cancer et il est retourné à l’école. Il revient régulièrement à l’Hôpital Lacor pour prendre ses médicaments contre le VIH et pour vérifier s’il y a récidive du cancer. Jusqu’à présent, il n’y en a pas eu; Salomon se porte bien.

CHAPITRE RECHERCHE

C’est grâce à la recherche que l’Hôpital Lacor peut récolter de l’information précise et générée localement pour améliorer les soins de santé.

Le Dr Emmanuel Ochola est médecin à l’Hôpital Lacor. Il est spécialisé en épidémiologie clinique et en biostatistique, et il occupe présentement le poste de directeur du département de recherche, de la documentation et de la prévention du VIH de l’Hôpital Lacor. Il a trois enfants, de sept et cinq ans, et un jeune bébé.

Le Dr Emmanuel est le chef du projet MoCHeLaSS au Lacor, un projet qui vise à mobiliser les communautés pour identifier les cas de grossesse à risque et à améliorer les références médicales dans le nord de l’Ouganda et le Soudan du Sud. Ce travail a été réalisé grâce à une subvention du programme Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique cofinancé par Affaires étrangères du Canada, Commerce et Développement Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Centre de recherches pour le développement international.

Nous aimerions remercier nos donateurs majeurs pour leur participation à ces chapitres : la Fondation Marcelle et Jean Coutu pour le chapitre Mères et enfants, et le Centre de recherches pour le développement international pour le chapitre Recherche.



CHAPITRE MÉDICAMENTS ET FOURNITURES MÉDICALES

Les médicaments et les fournitures médicales sont indispensables pour prodiguer des soins et améliorer la santé des patients.

Jacob est le pharmacien en chef par intérim de l’Hôpital Lacor et père d’une petite fille de 4 ans. Il est tombé amoureux de la profession après avoir été inspiré par un pharmacien travaillant dans la communauté.

À l’Hôpital Lacor, les pharmaciens sont responsables des médicaments et des fournitures médicales pour l’ensemble de l’hôpital. Les médicaments sont fournis principalement par des distributeurs en Ouganda, ainsi qu’à travers des dons provenant du Canada et du gouvernement ougandais.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, en 2012, il y avait 550 pharmaciens pour les 37 millions de citoyens de l’Ouganda, alors qu’au Canada, nous pouvions compter sur plus de 27 000 pharmaciens pour 35 millions d’habitants !

CHAPITRE ÉQUIPEMENT

Le chapitre de l’équipement permet à l’Hôpital Lacor de fournir des diagnostics et des traitements fiables au moyen de machines et d’appareils mis à jour et bien entretenus.

Le Dr Davidson est un médecin spécialiste en anesthésiologie et chef de l’unité d’anesthésiologie et des soins intensifs de l’Hôpital Lacor. Il est marié et a trois enfants. Le Dr Davidson soutient que bien que l’équipement du Lacor ne soit pas ultramoderne, il est généralement encore utile. Différents équipements sont toujours nécessaires dans les hôpitaux, et l’Hôpital Lacor est reconnaissant de tous ceux qui lui sont donnés, mais il reste que leur intégration est souvent difficile. En effet, le manque de formation adéquate du personnel à cet équipement, l’absence de manuels d’utilisation, de la disponibilité de pièces de rechange et de consommables, et d’installations adéquates pour le fonctionnement et l’entretien sont beaucoup plus difficiles à gérer avec les équipements donnés qu’avec les équipements achetés localement.

Selon l’OMS, plus de la moitié des équipements médicaux donnés en Afrique ne fonctionnent plus dans les six mois suivant le don. Il est primordial de consulter l’hôpital sur ses besoins et sa capacité à utiliser un équipement spécifique avant d’envisager un don d’équipement hospitalier.

Nous remercions chaleureusement nos donateurs majeurs pour leur appui continu et adapté aux besoins de l’Hôpital Lacor: la Fondation Marcelle et Jean Coutu et Apotex Inc. pour le chapitre Médicaments et fournitures médicales, et la Fondation Internationale Roncalli pour son soutien au chapitre Équipement.


L’HÔPITAL LACOR : UN AN PLUS TARD

Rapport d’activité du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016 

Le paludisme, qui a ressurgi avec force en 2015, a continué de nécessiter une réponse sérieuse. Entre juin et août, l’Hôpital Lacor a dû accueillir 4 enfants par lit disponible. En effet, les hospitalisations pédiatriques ont plus que doublé, passant de 7 646 à 15 656. Cette augmentation des infections est la conséquence de l’interruption de l’aide internationale qui, jadis, soutenait le programme du Ministère de la santé ougandais pour désinfecter les huttes dans les villages éloignés.

La contribution de l’Hôpital Lacor est également toujours essentielle à la santé maternelle. L’année dernière, le Lacor a confirmé sa place en tant qu’important hôpital de référence pour les mères, avec ses 6 600 accouchements et 1 200 césariennes pratiqués. Le Lacor est non seulement le seul centre hospitalier dans le nord de l’Ouganda à offrir de la chimiothérapie pour le lymphome de Burkitt, la plus commune des tumeurs malignes chez les enfants, mais il est aussi le seul centre à traiter les fistules obstétricales. En l’absence de soins, ces dernières engendrent d’importantes conséquences tant physiques que sociales.

L’année dernière, l’Hôpital Lacor a démontré ses réalisations en tant que centre d’excellence et de référence, tant pour les soins de santé que pour la formation. Presque 300 000 patients y ont été soignés.

La valeur éducative 

Le Lacor continue d’agir en tant que centre de formation de référence pour le nord de l’Ouganda, accueillant plus de 700 résidents et non-résidents.

Au cours des dernières années, le Ministère de la santé a demandé au Lacor de renforcer les activités de formation et d’introduire de nouveaux cours afin de combler le manque de professionnels de la santé dans le pays. En réponse, l’Hôpital Lacor a mis en place un programme d’une durée de deux ans pour les assistants en salles d’opération en septembre 2015.

En moyenne, 250 professionnels de la santé obtiennent leur diplôme de l’Hôpital Lacor chaque année, et plusieurs de ces diplômés sont engagés directement par l’hôpital, tandis que d’autres intègrent le secteur de la santé en Ouganda.

Total des patients soignés : 291 157 

Total des hospitalisations : 58 294 

Total des consultations externes : 232 863 

Leave a Comment